•  


     

                                                                                HANAN

    t

     

     

     

    wissalouezzan

    mon amour

     

     

     


    ton corps si tendre à caresser,


    ton odeur si douce à sentir,


    ton regard si intense mon coeur.


    Je me ferais tout beau, tout neuf


    pour que tu me regardes toujours


    avec cette lueur qu'il y a en toi.


    Je t'aime, je t'aime, je t'aime.


     


    J'aime te regarder, t'admirer,


    me balader avec toi


    pour oublier tout, tout à part toi.


    J'aime sentir ton odeur,


    te faire tout plein de bisous dans le cou


    et t'embrasser en posant mes lèvres


    sur les tiennes avec tant de tendresse.


    J'aime te sentir à mes cotés


    lorsque je dors, lorsque je rêve.


    Et te voir apparaître


    quand je me réveille.


     


    Tu me plais mon amour,


    je t'aime tellement.


    Profitons de tous les moments


    que nous pouvons passer ensemble


    car la vie avance à pas de géant.


    Je ne serais jamais méchant,


    jamais infidèle,


    pour que tu sois belle.


    Je t'aime, je t'aime, je t'aime.


     

     

     

                                                           HAN3


    Toi


    Ton prénom résonne dans ma tête


    comme une douce mélodie,


    Tes sourires ravivent


    mes jours de pluie.


    Tes yeux, j'en rêve


    jour et nuit,


    Tes lèvres me font


    oublier mes soucis.

     


    Je rêve d'être dans tes bras


    avec envie,


    Auprès de toi


    j'aimerai passer ma vie.



    Je t'aime.

     

    Mon Amour Ensoleillé


    Toi tu es ce soleil perçant les nuages de mon ciel.


    Grâce à toi ma terre est plus fertile, plus vivante.


    Ta lumière réchauffe mes océans de rêves,


    évaporant les obstacles, mes craintes.


    Tes rayons atteignent mon coeur


    et font brûler mon envie folle d'aimer

     

     

    Image du blog


    Mon amour, mon coeur,
    ma princesse, mon âme soeur.
    Je pense à toi tous les jours,
    toutes les nuits,
    tu es dans toutes mes pensées.
    Il y a quelque chose en toi
    qui me rend heureux,
    ton sourire m'envahit de bonheur.
    Belle comme le coucher du soleil,
    tu es ma petite fée.

    Je veux t'offrir ma chaleur
    pour te réchauffer du froid,
    t'embrasser pour ne pas que tu aies peur,
    pour ne jamais que tu pleures.
    Et tout ça, pour être à toi.
    Ton sourire est tellement agréabl

     

     

     

     

     

    L'étoile de Vénus si brillante et si belle

    L'étoile de Vénus si brillante et si belle,

    Annonçait à nos yeux la naissance du jour,

    Zéphire embrassait Flore, et soupirant d'amour,

    Baisait de son beau sein la fraîcheur éternelle.

     

    L'Aurore allait chassant les ombres devant elle,

    Et peignait d'incarnat le céleste séjour,

    Et l'astre souverain revenant à son tour,

    Jetait un nouveau feu dans sa course nouvelle.

     

    Quand Philis se levant avecque le soleil,

    Dépouilla l'orient de tout cet appareil

    Et de clair qu'il était le fit devenir sombre.

     

    Pardon sacré flambeau de la terre et des cieux,

    Sitôt qu'elle parut ta clarté fut une ombre,

    Et l'on ne connut plus de soleil que ses yeux.

     

     

    Je vous souhaite à tous

    un merveilleux Week end

    Bisous

    La Plume

     

     

       Garde à jamais dans ta mémoire

    Garde à jamais dans ta mémoire,
    Garde toujours
    Le beau roman, la belle histoire
    De nos amours !

     

    Moi, je vois tout dans ma pensée,
    Tout à la fois !
    La trace par ton pied laissée
    Au fond des bois,

     

    Les champs, les pelouses qui cachent
    Nos verts sentiers,
    Et ta robe blanche où s'attachent
    Les églantiers,

     

    Comme si ces fleurs amoureuses
    Disaient tout bas :
    - Te voilà ! nous sommes heureuses !
    Ne t'en va pas !

     

    Je vois la profonde ramée
    Du bois charmant
    Où nous rêvions, toi, bien aimée,
    Moi, bien aimant ;

     

    Où du refus tendre et farouche
    J'étais vainqueur,
    Où ma bouche cherchait ta bouche,
    Ton coeur mon coeur !

    Viens ! la saison n'est pas finie,
    L'été renaît,
    Cherchons la grotte rajeunie
    Qui nous connaît ;

     

    Là, le soir, à l'heure où tout penche,
    Où Dieu bénit,
    Où la feuille baise la branche,
    L'aile le nid,

     

    Tous ces objets saints qui nous virent
    Dans nos beaux jours
    Et qui, tout palpitants, soupirent
    De nos amours,

    Tous les chers hôtes du bois sombre
    Pensifs et doux,
    Avant de s'endormir, dans l'ombre,
    Parlent de nous.

     

    Là, le rouge-gorge et la grive
    Dans leurs chansons,
    Le liseron et, dans l'eau vive,
    Les verts cressons,

     

    La mouche aux ailes d'or qui passe,
    L'onde et le vent,
    Chuchotent sans cesse à voix basse
    Ton nom charmant.

     

    Jour et nuit, au soir, à l'aurore,
    A tous moments,
    Entre eux ils redisent encore
    Nos doux serments.

     

    Viens, dans l'antre où nous les jurâmes,
    Nous reposer !
    Viens ! nous échangerons nos âmes
    Dans un baiser !

     

    Victor Hugo

     

     

     

    Tu sais que les papillons me

     

    font craquer ma Chtinette !

     

    Alors je veux en faire profiter

     

    à vous tous!

     

     

    Joli cadeau offert par

    Kougaiji!

     

    Cadeau que

    j'ai beaucoup apprécié!

     

 

wissal

 

 

Puisque nous avons seize ans,
Vivons, mon vieux camarade,
Et cessons d'être innocents

 

;
Car c'est là le premier grade.

 

Vivre c'est aimer. Apprends
Que, dans l'ombre où nos coeurs rêvent,
J'ai vu deux yeux bleus, si grands
Que tous les astres s'y lèvent.

 

Connais-tu tous ces bonheurs ?
Faire des songes féroces,
Envier les grands seigneurs
Qui roulent dans des carrosses,

 

Avoir la fièvre, enrager,
Etre un coeur saignant qui s'ouvre,
Souhaiter d'être un berger
Ayant pour cahute un Louvre,

 

Sen du pépin
De la sombre pomme d'Eve ;

 

Etre amoureux, être fou,
Etre un ange égal aux oies,
Etre un forçat sous l'écrou ;
Eh bien, j'ai toutes ces joies !
tir, en mangeant son pain
Comme en ruminant son rêve,
L'amertume

 

Cet être mystérieux
Qu'on appelle une grisette
M'est tombé du haut des cieux.
Je souffre. J'ai la recette.

 

Je sais l'art d'aimer ; j'y suis
Habile et fort au point d'être
Stupide, et toutes les nuits
Accoudé sur ma fenêtre.

 

 

 

 

SAILING

I am sailing, I am sailing,
home again 'cross the sea.
I am sailing, stormy waters,
to be near you, to be free.

I am flying, I am flying,
like a bird 'cross the sky.
I am flying, passing high clouds,
to be with you, to be free.

Can you hear me, can you hear me
thro' the dark night, far away,
I am dying, forever trying,
to be with you, who can say.

Can you hear me, can you hear me,
thro' the dark night far away.
I am dying, forever trying,
to be with you, who can say.

We are sailing, we are sailing,
home again 'cross the sea.
We are sailing stormy waters,
to be near you, to be free.

Oh Lord, to be near you, to be free.
Oh Lord, to be near you, to be free,
Oh Lord.

 

L'amoureuse

Elle est debout sur mes paupières

Et ses cheveux sont dans les miens

Elle a la forme de mes mains,

Elle a la couleur de mes yeux,

Elle s'engloutit dans mon ombre

Comme une pierre sur le ciel.

Elle a toujours les yeux ouverts

Elle ne me laisse pas dormir.

Ses rêves en pleine lumière

Font s'évaporer les soleils,

Me font rire, pleurer et rire,

parler sans avoir rien à dire.

 

  • Papillon de nuit

    Tes ailes cristallines voguent
    dans cet azur infini,
    Comme une poudre d'or
    sur mes pas dans la nuit,
    Pour balayer lentement
    le firmament d'étincelles,
    et fendre de rêves et d'espoir
    l'immensité du ciel.

    Petit Papillon qui éclaire
    une voie lactée de douceur,
    Approche toi de moi,
    apporte moi ta tendre chaleur,
    Car je suis nu sur terre,
    allongé sur ces pierres gelées,
    N'essaie pas de rejoindre cet astre,
    tu finiras brûlé.

    Guidé par la lumière du soleil et
    la douceur de ces rayons,
    Tes ailes vibrent de lumière
    dans une ultime chanson,
    Tu nages pour rejoindre cette nuit
    faite de légères étoiles,
    Voguant dans cet univers
    comme de blanches voiles.

    C'est dans l'éclat de mes yeux et
    dans la nuit de mes pensées,
    En transportant cet espoir si pur
    que tu as su pénétrer
    De ta lumière le fond de mon coeur
    trop longtemps oublié
    Pour en rallumer la douce flamme, et en faire jaillir toute sa beauté

 

 

.

 


auteur inconnu

 

Des chemins qui se croisent,
Deux êtres qui s'apprivoisent.
Un moment de volupté, de sensualité,
De doux baisers échangés.
Cette arôme que je croyais perdu
Sur tes lèvres je l'ai revu.

Je te mendie des caresses
Pour toutes les promesses de tendresse
Mon corps engourdi s'enflamme
Feu de passion
Et de raison
Qui s'élève jusqu'à mon âme

Je serai ton soleil
Celui qui te fait voir
Toutes ces merveilles.
Tu seras mon rayon de lune
L'inspiration de ma plume.

Je t'appellerai tous les jours
Juste pour entendre ta voix me dire bonjour.
Tu es cette douce lueur
Qui éclaire mon coeur.

auteur inconnu

Si dès l'aube on suit les lisières

Du bois, abri des jeunes faons,

Par l'âpre chemin dont les pierres

Offensent les mains des enfants

A l'heure où le soleil s'élève,

Où l'arbre sent monter la sève,

La vallée est comme un beau rêve.

La brume écarte son rideau.

Partout la nature s'éveille;

La fleur s'ouvre rose et vermeille;

La brise y suspend une abeille,

La rosée une goutte d'eau!

Et dans ce charmant paysage

Où l'esprit flotte, où l'oeil s'enfuit,

Le buisson, l'oiseau de passage,

L'herbe qui tremble et qui reluit,

Le vieil arbre que l'âge ploie,

Le donjon qu'un moulin coudoie,

Le ruisseau de moire et de soie,

Le champ où dorment les aïeux,

Ce qu'on voit pleurer ou sourire,

Ce qui chante et ce qui soupire,

Ce qui parle et ce qui respire,

Tout fait un bruit harmonieux!